Emmanuel Laroche et l'IFAI (futur IFEA) 1964-1974 - Emmanuel Laroche ve İFAİ (bugün İFEA) 1965-1974

Jean-François Pérouse
Directeur de l’IFÉA

Emmanuel Laroche succède à Louis Robert et prend ses fonctions de directeur au début de l’année 1965. Son nom apparaît dans les registres détaillés de la correspondance de l’IFAI en février 1965 précisément.

PANO 3-2
Cahier des traitements : traitements de l’intendante et de la bibliothécaire pour janvier 1969
Maaş defteri: Vekilharcın ve kütüphanecinin 1969 Ocak maaşları
PANO 3-6
Étrennes des cavas de l’Ambassade de France données par l’IFAI, 1971
Fransa Büyükelçiliği kavaslarına IFAI tarafından verilen yıl sonu ikramiyeleri, 1971

Comme ses prédécesseurs, Emmanuel Laroche ne réside pas en permanence. Il est saisonnier, passant l’hiver (fin septembre-fin juin) en France, à Strasbourg (Dans le PS d’une lettre datée du 30 juin 1972, il écrit explicitement “Je demeure à Istanbul de début juillet à fin septembre”). Les cahiers annuels de “Correspondance” conservés dans les archives de l’IFÉA nous renseignent par le menu sur le mouvement du courrier, mois par mois. On voit donc durant l’hiver un nombre important de lettres destinées au directeur hors-les-murs. C’est même l’essentiel des lettres qui sortent de l’IFAI (en février 1967, sur les 5 lettres envoyées, 3 le sont à la famille Laroche et une à Albert Gabriel ; sur les 18 lettres envoyées en mars 1967, 8 l’ont été à M. ou Mme Laroche ; deux à l’ancien directeur A. Gabriel ; une au prédécesseur de Laroche, Louis Robert ; en janvier 1968, sur les 11 envois enregistrés 7 concernent les Laroche…). Dans son projet de réorganisation de l’IFAI remis fin 1971 au Ministère des Affaires étrangères Emmanuel Laroche préconise d’ailleurs que les chercheurs et le directeur deviennent plus permanents, soulignant l’insuffisance des séjours “fugitifs”.

Aux intermittents s’opposent les permanents de l’IFAI, des “locaux” qui constituent le noyau stable. Ils sont à cette époque encore plutôt issus des minorités pour les tâches à responsabilités. Pour les mois d’hiver, d’après les “Cahiers des traitements” qui distinguent le “personnel de service” du “personnel administratif ”, on relève : Mme Thérèse Pios puis Mlle Roma Bartolomeo (au poste d’intendante), Mlle Lucie Kesecioğlu/ Kesiciyan (bibliothécaire), Mme Maria Tchitchitian (cuisinière), Monsieur Antonio Negri (plombier-zingueur) ; pour les autres, signalons Recep, chauffeur, M. Adem Muhiç, portier, Türkan Epşen (qui décède début janvier 1970), femme de ménage, et Mme Hüsniye Aşık, blanchisseuse. Les heures supplémentaires du personnel local sont concentrées sur les mois d’été, septembre compris.

 

PANO 3-3
Dernière page du projet de restructuration de l’IFAI remis fin 1971 au Ministère des Affaires étrangèrespar Emmanuel Laroche
Emmanuel Laroche’un Fransa Dışişleri’ne 1971 sonunda sunduğu IFAI’nin yeniden yapılandırılmasına dair tasarının son sayfası

L’activité s’intensifie donc lors de la période estivale, qui est en même temps celle des fouilles archéologiques (Emmanuel Laroche est souvent à Porsuk-Ulukışla à partir de 1969). Les chercheurs présents sont dénommés “missionnaires” (chercheurs de passage) et “pensionnaires” (Emmanuel Laroche contribue à établir ce terme dans le jargon de l’institut), pour ceux qui restent plus longtemps, comme le byzantiniste J.-P. Sodini. En 1970, d’après le rapport d’activités tiré des archives, ont séjourné à ou sont passés par l’IFAI : M. et Mme Sourdel, islamologues, Alex Lezine, I. Melikoff (on repère sa trace déjà en 1967), J.-L. Bacqué-Grammont, G. Charachidze (ÉPHÉ) ; et pour l’archéologie, M. et Mme Bernand (Besançon), M. Seve, M. et Mme J. Marcade, M. Maffre et M. Dumont (Limoges). C’était encore le temps où les archéologues et islamologues à destination ou de retour de l’Orient (Égypte, Iran, Afghanistan, Syrie…) passaient par Istanbul.

En février 1971 Emmanuel Laroche propose au Ministère des Affaires étrangères un plan de restructuration de l’IFÉA assez visionnaire. Se plaçant dans une optique interdisciplinaire, soucieux des enjeux contemporains et conscient de l’importance géostratégique de la Turquie, il propose explicitement dans ce plan d’ouvrir l’archéologie aux “sciences humaines”. La réforme de 1975 – qui verra l’IFAI transformé en IFÉA – paraît en grande partie inspirée de ses judicieuses propositions. Il manifeste aussi une attention pour l’organisation pratique et matérielle de l’institut – en 1968 il fait faire un mur de séparation côté İstiklâl –, comme pour le sort du personnel local pour qui il réclame une augmentation de 70 % (!) dans son projet de budget pour 1972.

Durant les années Laroche, l’IFAI publie six volumes importants de sa collection “Bibliothèque archéologique et historique” (G. Dumézil, J. Matuz, R. Mantran, N. Beldiceanu, K. Özbayırı, R. Ünal) – aucun ne concerne l’archéologie – et la bibliothèque est réorganisée à l’initiative du directeur et fait des acquisitions importantes. Les liens avec l’Ambassade et le Consulat semblent étroits et l’IFAI donne encore chaque 31 décembre des étrennes aux “cavas/kavas” de l’Ambassade, les personnes chargées de la sécurité, comme à diverses oeuvres de bienfaisance (lutte contre la tuberculose, Œuvres de Saint Vincent de Paul, Croissant Rouge, Œuvres françaises Saint Louis, Saint Benoît, … ). L’institut est par ailleurs abonné au Journal d’Orient, quotidien francophone, jusqu’à l’extinction de celui-ci en août 1971 (il avait été fondé en 1918 par Albert Carasso/Karasu).

Emmanuel Laroche démissionne en août 1974. Robert Mantran qui est pressenti par le Ministère des Affaires étrangères pour lui succéder décline finalement la proposition.

Bu gelip gidenlerin yanı sıra İFAİ’nin çekirdek kadrosunu oluşturan “yereller”den oluşan daimi personeli bulunuyordu. Bunların sorumluluk gerektiren işlerde çalışanları hala o dönemde daha çok azınlık kökenliydiler. “Hizmetliler” ile “idari personel” ayrımının yapıldığı “maaş defterleri”nde kış ayları için şu kişiler kayıtlıdır: Bayan Thérèse Pios, ardından Bayan Roma Bartolomeo (vekilharç), Bayan Lucie Kesecioğlu/Kesiciyan (kütüphaneci), Bayan Maria Tchitchitian (aşçı), Bay Antonio Negri (tesisatçı); geri kalanlar arasında, şoför Recep, kapıcı Bay Adem Muhiç, temizlikçi Türkan Epşen (1970 Ocağının başında vefat etmiştir) ve çamaşırcı Bayan Hüsniye Aşık’ın adlarını sayabiliriz. Yerel çalışanların fazla mesai saatleri – Eylül de dahil olmak üzere – yaz aylarında artar.

PANO 3-4
Brouillon du budget 1972 de l’IFAI et paragraphes où l’on propose une augmentation de 70 % pour le personnel local
İFAİ’nin 1972 bütçesinin müsveddesi ve bütçenin yerel personele %70 zam önerilen bölümü

Demek ki enstitüdeki etkinlik, aynı zamanda arkeolojik kazıların da (1969’dan sonra Emmanuel Laroche çoğu zaman Porsuk’tadır) gerçekleştiği dönem olan yazın yoğunlaşmaktadır. Araştırmacılardan kısa süreli olanlara “missionnaires”, Bizans uzmanı J.-P. Sodini gibi daha uzun süre kalanlara “pensionnaires” (bu terimin enstitü jargonuna yerleşmesinde Emmanuel Laroche’un katkısı olmuştur) denmektedir. Arşivde korunan etkinlik raporuna göre 1970’te enstitüde kalan ya da buraya uğrayan kişiler şöyledir: islamolog Bay ve Bayan Sourdel, Alex Lezine, I. Melikoff (daha 1967’de adına rastlanmaktadır), J.-L. Bacqué-Grammont, G. Charachidze (ÉPHÉ); arkeoloji alanında ise Bay ve Bayan Bernard (Besançon), Bay Seve, Bay ve Bayan J. Marcade, Bay Maffre ve Bay Dumont (Limoges). O dönemlerde Doğu’ya (Mısır, İran, Afganistan, Suriye...) seyahat eden arkeolog ve islamologlar gidiş ve dönüşlerinde hala daha İstanbul’dan geçmektedirler.

Emmanuel Laroche Fransa Dışişleri’ne 1971 Şubatında, İFAİ’ye yeni bir yapı kazandırmaya yönelik oldukça öngörülü bir tasarı sunar. Bu tasarıda, güncel olanın önemini kavrayan ve Türkiye’nin coğrafi konumunun stratejik ağırlığının farkına varan disiplinlerarası bir bakış açısıyla, açıkça arkeolojinin “beşeri bilimler”e doğru genişletilmesini önerir. İFAİ’nin adının İFÉA’ya dönüştüğü 1975’teki reform büyük ölçüde onun bu haklı önerilerinden esinlenmiştir. Emmanuel Laroche enstitünün pratik ve maddi işleyişine büyük önem verir – 1968’de İstiklâl tarafına bir bölme duvarı inşa ettirmiştir –, yerel personelin durumuyla da yakından ilgilenir – 1972 bütçesinde maaşlara %70 (!) oranında zam yapılmasını önermiştir.

Emmanuel Laroche’un yönetiminde İFAİ, “Bibliothèque archéologique et historique” (Arkeoloji ve Tarih Kitaplığı) dizisinden altı önemli kitap yayımlar – bunlardan hiçbiri arkeoloji alanından değildir (G. Dumézil, J. Matuz, R. Mantran, N. Beldiceanu, K. Özbayrı, R. Ünal). Ayrıca enstitü kitaplığı onun girişimiyle yeniden düzenlenir, satın alınan birçok yayınla zenginleşir. İFAİ’nin Büyükelçilik ve Konsoloslukla ilişkileri oldukça yakındır, her yıl 31 Aralıkta Elçilik kavaslarına ayrıca çeşitli yardım kurumlarına (Veremle savaş, Saint Vincent de Paul, Kızılay, Saint Louis, Saint Benoît, ...) yılbaşı armağanları verilir. Öte yandan enstitü, 1971’deki kapanışına kadar (1918’de Albert Carasso/Karasu tarafından kurulmuştu) Fransızca gündelik gazete Journal d’Orient’a da abonedir.

Emmanuel Laroche 1974 Ağustosunda istifa eder. Bu göreve getirilmek istenen Robert Mantran Fransa Dışişleri’nin teklifini sonunda kabul etmez.

Emmanuel Laroche et l'IFAI (futur IFEA) 1964-1974 - Emmanuel Laroche ve İFAİ (bugün İFEA) 1965-1974