Fête de l'Achoura

Description

L'observation des rituels de deuil durant Moharram et le jour de l'Achoura à Bakou permet tout à la fois d'avoir accès à un kaléidoscope assez représentatif de la population bakinoise contemporaine, d'examiner l’évolution des pratiques associées et d’entrevoir les dynamiques à l’œuvre au sein de l’islam chiite en Azerbaïdjan. Les mosquées à Bakou connaissent en effet lors de l’Achoura un taux de fréquentation inhabituel, y compris celles fréquentées par une communauté de fidèles habituellement plus assidus que la moyenne de la population azerbaïdjanaise.

Malgré l'idéologie portée par les autorités soviétiques, les rituels de deuil et l’observance de certaines règles durant le mois de Moharram (pas de mariages ni de fêtes et de consommation d'alcool, pas de musique au moins le jour de l’Achoura) ont subsisté pendant la période soviétique. Ces pratiques ont même servi de succédané à l’identité azérie dans la mesure où la répression, la propagande antireligieuse et la destruction des lieux de culte ont fait disparaître des pans entiers de la mémoire religieuse ainsi que les pratiques associées. La participation des uns et des autres se faisait indépendamment de leur degré de religiosité car, ces manifestations étant les seules qui ne fussent pas d'inspiration communiste, elles demeuraient populaires.

A l'heure actuelle, malgré des signes ça et là d’une politisation croissante de l’Achoura par des entrepreneurs religieux parfois en conflit avec des institutions officielles globalement décrédibilisées, voire avec le régime en place, et en dépit du regroupement de certaines communautés de fidèles au sein de mosquées où la ferveur religieuse est en hausse, l’Achoura demeure pour la majorité des habitants de Bakou associée à des pratiques traditionnelles et familiales sujettes à fluidité, intimement liées à la culture locale et réinterprétées aux niveaux individuel et collectif.

Date

24/10/2015

Rights

CC BY-NC-SA

Items in the Fête de l'Achoura Collection

Khadiq
7 oléagineux et céréales préparés sans gras ni sel ou sucre: pois chiches, blé, graines de tournesol, lentilles, haricots, deux sortes de haricots secs) contenus dans un gobelet accompagné d’une cuillère et accompagné de lavash (pain plat…

Khadiq
7 oléagineux et céréales préparés sans gras ni sel ou sucre: pois chiches, blé, graines de tournesol, lentilles, haricots, deux sortes de haricots secs) contenus dans un gobelet accompagné d’une cuillère et accompagné de lavash (pain plat…

Fillettes
mosquée Fatma Zahra - (Bakou)

Les gens patientent pour donner leur sang
Mosquée Teze Pir - (Bakou)

Foule dans la cour de la mosquée
Mosquée Teze Pir - (Bakou)

Femme distribuant le khadiq
Mosquée Teze Pir - (Bakou)

Flagellation <br /><br />
Mosquée Teze Pir - (Bakou)

Don de sang
Voiture venant chercher les poches de sang à la mosquée Teze Pir (Bakou)

Don de sang
Employé de la banque de sang (Bakou)

Merasim zali - salle d&#039;obsèques
Mosquée Teze Pir (Bakou) - Version ultra-moderne avec à l'entrée un tableau informatique indiquant où se déroule la cérémonie pour quel défunt.

Salle des femmes
L'espace réservé aux femmes a été considérablement agrandi pour l'occasion - (Bakou)

Collection Tree

  • Fête de l'Achoura